Hèlène Geoffroy saute dans le Grand Bain

Publié le par Vaulx Populi

Hèlène Geoffroy saute dans le Grand Bain

le Jeudi 24 Avril s'est tenu le premier Conseil Municipal depuis l'investiture de notre Maire. L'ordre du Jour était le suivant :

- Débat d'orientation budgétaire

- Désignation des Adjoints de Quartiers

- Vote d'une partie du Compte Administratif

Le Premier Adjoint (à savoir Pierre Dussurgey) a ouvert la séance en présentant les grandes lignes du débat d'orientation budgétaire. Ce dernier étant confus et imprécis dans les propos qu'il tenait. N'est pas grand orateur qui veut, néanmoins à force de travail tout devient possible.

Il s'est excusé de la rapidité avec laquelle ce débat a été présenté, suite au peu de temps de préparation. En quelque mots il prévoit, une réduction de la dette par habitant de 1432 euros à 1063 euros, une multiplication des effectifs de Police Municipal par 2 ( très socialiste n'est il pas ?) et une réflexion sur le Projet de Centre Aquatique que Madame la Maire juge trop onéreux.

A la suite de cette présentation de piètre qualité la parole était laissée à l'opposition.

Dora Hannachi (IC) dénonçait le pacte de responsabilité de Manuel Vals qui entraine une réduction de la dotation aux collectivités territoriales de 10 milliards d'euros. Son discours, trop centré sur la politique nationale, a endormi l’auditoire.

Philippe Moine (UMP) dénonçait la politique d'austérité imposée par le gouvernement Valls et la baisse des dotations aux collectivités territoriales alors que ces dernières allaient être soumises à des frais importants du fait de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014. Il estimait également dommage que la note comprenant le débat d'orientation budgétaire n'ait pas été mis à disposition des élus de l'opposition.

Bernard Genin jugeait quant à lui que le budget annoncé était plutôt bon, néanmoins il éprouvait des inquiétudes quant au devenir du futur Centre Aquatique, rappelant que ce dernier était nécessaire au vue de l'état d'insalubrité des deux piscines vaudaises et des prérogatives de l'éducation nationale rendant obligatoire l'apprentissage de la natation à l'école primaire.Il à également rappelé que l’ensemble des élus de Gauche, dont Hélène Geoffroy, avaient voté en faveur de ce projet de Centre Aquatique.

Comme nous avons pu le constater le point de tension était donc bel et bien ce fameux Centre Aquatique.

Madame la Maire répondant aux diverses interrogations de l'opposition a jugé qu'il faudrait en partie revoir la dimension du Centre Aquatique qui était devenue onéreuse pour la seule municipalité du fait du retard pris par les travaux. Ainsi le coût de la piscine s’élèverait aujourd'hui à 13 millions d'euros... Madame La Maire préfèrerait apparemment investir cette somme dans la rénovation de trois groupes scolaires.

Philippe Zittoun (AGV) a alors pris la parole pour mettre fin à cette mascarade et à ces annonces chiffrées au combien mirobolantes. En liminaire il à rappelé que le projet du Centre Aquatique avait été voté par Hélène Geoffroy que ce projet n'avais rien d'irréfléchi ou de démesuré mais qu'il était bel et bien une nécessité au vue de l’état de délabrement des deux autres bassins accueillants à l'heure actuelle nos enfants (état de délabrement relevé à plusieurs reprises par la DDASS). De plus le fait de revoir en partie les dimensions du Centre Aquatique représenterait un manque à gagner considérable pour la municipalité. En effet les contrats ayant été conclus avec des entreprises, en cas de rupture de ces contrats la Municipalité devrait payer des indemnités aux entreprises contractantes ainsi que leurs rembourser le manque à gagner. Le tout devant s'élever à plus ou moins de 6 millions d'euros celons le retard accumulé.

On peut donc se demander quel est l'intérêt de revoir à la baisse ce projet de Centre Aquatique. Madame Geoffroy en ferait-elle une obsession en guise de revanche envers Philippe Zittoun ou bien notre Maire ne sait elle tous simplement pas nager ?

Pour finir le Conseil Municipal à voté la création de 8 Conseils de Quartiers gérés par 4 Adjoints de Quartiers. Ce qui est un bon signe en ce qui concerne la démocratie participative. Mais on peut se demander si ces Conseils de quartiers disposeront d'une réelle autonomie pouvant faire contre-pouvoir au Conseil municipal ,or seule la pratique nous le dira.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article