Madame Geoffroy adepte de la censure ?

Publié le par Vaulx populi

~~Notre chère Maire démocrate a eu une brillante idée : réintroduire la censure de la presse (la liberté de la Presse étant un indicateur du bon fonctionnement démocratique d’une société ou d’un Etat). Madame Geoffroy, sans doute fan malgré elle de la période de l’inquisition, a décidé de lancer la chasse aux sorcières. Cette chasse était pilotée de main de maître par le grand inquisiteur à savoir Morad Aggoun.

La première cible d’Hélène étant Edith, rédactrice en chef de Vaulx le Journal. On a pu apprendre que cette dernière avait été suspendue de ses fonctions par notre chère Maire. Mais pourquoi une telle mesure ?

Sans doute parce qu’Edith a soutenu Bernard Genin durant la campagne des élections municipales. En effet le journal de la municipalité avait été l’objet de nombreuses critiques par l’équipe de bras cassés d’Hélène Geoffroy durant la campagne municipale.

En effet, certains tel le fameux Stéphane Gomez (l’homme qui ne souriait jamais) avait même qualifié le journal municipal de Pravda relayant « l’ignoble propagande de la dictature stalinienne au pouvoir. » Ces propos font désormais sourire car l’article du Progrès mettait en avant l’ancien fonctionnement du journal municipal.

Ainsi sous la mandature de Bernard Genin, la rédactrice en chef rencontrait le directeur du cabinet qui se mettait d’accord sur les thèmes à aborder et sur l’orientation générale du journal. Les journalistes écrivaient ensuite leurs articles, faisaient leurs reportages et le journal était publié ensuite sans relecture du Cabinet ou du Maire : pour Vaulx-le Journal, l’expression démocratique était largement présente car les groupes d’opposition pouvaient s’exprimer dans les colonnes de ce journal. Mais depuis l’élection de la nouvelle équipe municipale, tout a changé sous le règne de sa seigneurie Hélène…

Avec l’arrivée de Madame Geoffroy sur le trône, la parution le journal est maintenant soumise à une double censure. En effet, c’est le cabinet qui fixe le titre des articles et la trame du journal : par la suite, la proposition de maquette doit être transmise dans des délais complètement insensés à Madame la Maire, cette dernière faisant une relecture complète et retouchant les articles à sa sauce. Ainsi, Edith aurait été suspendue de ses fonctions car elle aurait – soi-disant - transmis la maquette à sa sainteté Hélène hors délais.

Quelle est la prochaine étape Madame Geoffroy ? Allez-vous renommer Vaulx le journal en l’appelant « la Gazette d’Hélène » ?

La dictature socialiste a de beaux jours devant elle à Vaulx. Monsieur Gomez, à bon entendeur salut !...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article