Et le le PS d'Hélène Geoffroy humilia Vaulx!

Publié le

Depuis le 30 Mars la majorité municipale de Vaulx-en-Velin a changé. Qu’importe au final mon avis sur la question, l’important est que le cadre démocratique et le vivre-ensemble soit respecté dans cette ville. Il est de tradition à Vaulx d’être pêle-mêle, mélangé avec des personnes d’autres religions, d’autres couleurs, d’autres origines nationales. C’est enrichissant et parfois il est vrai rude pour ceux qui y vivent. Et nous vivons ensemble. Mais cela semble avoir changé à présent. Car à présent quand on est hors cadre, en opposition sur tel ou tel projet, avis de la majorité PS, on a de très grandes chances de se retrouver menacer, insulter, pris à partie, et en public. Et pas « respectueusement », comme cela peut souvent arriver malheureusement dans la vie politique. Non, loin de là. Cela arrive avec brutalité, grossièreté et une vulgarité jamais atteinte auparavant dans cette ville. A présent les adjoints de la majorité, et je parle précisément ici de Monsieur l’Adjoint aux Sports (l’homme en doudoune-jean aux conseils), ont le droit d’insulter, de menacer, et de le faire faire par leurs barbouzes, qui ne prennent même plus la peine de cacher leurs numéros quand ils appellent pour menacer de tabassage, de mort et autre.

Au-delà même des insultes, dignes de petits délinquants en manque de reconnaissance, il s’agit là d’insultes antisémites, et cela franchit une ligne totalement inacceptable. Le cadre de vie de la France assure à chacun le droit à vivre en toute sécurité. Vivre sa religion, ses convictions philosophiques, sa sexualité, ses opinions politiques, en toute sécurité, dans la tolérance si ce n’est le respect. Remettre cela en cause c’est en réalité ouvrir la porte à l’extrême-droite, celle qui rejette, celle qui agresse, celle qui accuse. Celle qui stigmatise en général en France les voleurs de pains au chocolat et fait des blagues sur les « détails de l’Histoire ». Et cela doit être combattu, par tous les moyens et en 1er lieu par une tolérance zéro envers ceux qui flirtent de près ou de loin avec de telles idées. Je me pensais d’accord à ce propos avec Madame Geoffroy. Mais cela ne semble pas être le cas, à ma grande surprise. Monsieur Chekhab s’est donc permit de s’en prendre à la judaïté, réelle ou supposée, de Monsieur Philippe Zittoun, et se sent assez fort pour se contenter, sourire aux lèvres, pour un je-vous-emmerde général, de simples excuses, sincères comme celle de Cahuzac prit la main dans le sac. Aujourd’hui donc insulter est une normalité, une normalité couverte par Madame la Maire, et cela m’étonne je dois bien le reconnaître.

L’explication que cette dernière a donné a bien aggravé toute cette histoire. Je m’attendais à une condamnation au moins, et pourquoi pas, à un sincère mea culpa accompagné d’une démission ou retrait de la délégation d’adjoint à la personne concernée. Loin de là, bien au contraire. Il semblerait que les personnes présentes au Conseil Municipal aient eu l’occasion d’assister, dans une ambiance de douce paranoïa et de martyr à l’extrême, à un retournement de situation hors du commun. Elle a ainsi donc gonflé toute l’assistance si ce n’est ces groupies durant près de 20 minutes avec ses leçons de morale, ses dénonciations délirantes de ceux qui sèment le trouble, maintiennent l’agitation.

Puis elle joua la musique misérabiliste, inintéressante au possible, de SOS Racisme, expliquant que nous sommes tous porteurs de réflexes racistes, que nous devons faire un travail collectif, tous ensemble, sous-entendant très fortement que ceux qui refuserait de faire ce travail avec sa majorité serait coupable de complicité. En oubliant de préciser que c’est bien elle qui aura un adjoint poursuivit pour incitation à la haine raciale. Elle gonfla aussi, toujours aussi accro de sa propre voix, de ses propres effets minables, en pleurnichant sur le caractère nauséabond de la dernière campagne municipale, elle dont l’équipe de campagne passa une grande partie de son temps à dénoncé les « alcoolos, les photoshopés, les athées » (sic) de l’ancienne majorité. Pour entamer et conclure sa longue pleurnicherie et leçon de morale hautaine, Hélène insista beaucoup pour expliquer qu’elle condamnait les propos tenus, mais que les excuses sincères (Ahahaha la blague !) et un travail « de fond » allait permettre de faire reculer le racisme et l’antisémitisme à Vaulx-en-Velin. Cela a rejoint les déclarations qu’elle avait faite au journal « le Progrès », expliquant que Monsieur Chekhab avait quitté ses habits d’élu pour redevenir un simple vaudais. Et cette déclaration révèle finalement ce que son Madame la Député pense des vaudais. Elle tant souvent dans les beaux palais de l’Assemblée Nationale, si souvent avec les grands Ministres (Oui Hélène t’es importante, tu connais des Ministres, on sait !), n’en rencontre pas souvent des vaudais. Du moins des vaudais lambda, et non ceux qui ont fait sa campagne et défilent depuis pour obtenir les appartements, les emplois promis et très souvent pas très sympathiquement vu que les promesses ont 100 fois dépassé les possibilités de la ville. Elle pense donc que les vaudais pour discuter se menacent, se crachent dessus et s’insultent à longueur de journée. Bien sûr beaucoup d’entre nous n’ont pas fait les « graaaaaaaandes études » de Madame la député-Maire (sur lesquelles elle s’est encore étendues, comme si cela pouvait nous intéresser…) mais de là à nous prendre pour des cas sociaux malpolis et vulgaires il y a tout de même une marge. Sans doute que les vaudais ne sont pas assez raffiné pour elle, et si c’est effectivement le cas je lui signale que personne ne la retient. Elle qui a fait un scandale, à juste titre, quand des enfants avaient jeté des peaux de banane sur Madame Taubira, trouve donc pas assez grave les propos tenus par un adulte, plongé dans l’invective antisémite, pour exiger sa démission. Ou l’histoire d’une lutte anti-raciste à géométrie variable.

Tant qu’à Monsieur Chekhab, alias le « Caïd » pour nombre de membres du Service des Sports, il a expliqué que depuis son élection il avait la pression, que c’était dur, que des déstabilisations étaient montées contre lui. Bref que rien était de sa faute dans le fond. De même il a affirmé que le service des sports avait fait tout bien son travail depuis sa prise de fonction. Ce que ne partagent pas vraiment malheureusement les ¾ des présidents des clubs de sports. Mais encore une fois Monsieur l’Adjoint vous expliquera sans doute que c’est faux, et qu’il s’agit d’un complot contre lui. De même qu’il a expliqué qu’en réalité la course du tout nouveau club a été annulée par l’incompétence de ses dirigeants. Nous sommes toujours heureux d’entendre les explications d’un si « grand » connaisseur et dirigeant sportif qu’est Monsieur Chekhab, et tout cela en l’absence du Président du club en question. Bref ce n’est pas lui, il est innocent et s’il a craqué dit-il, tout doucement, comme si le volume indiquait le niveau de gravité, c’est bien parce qu’on a rien fait que l’embêter. Cela aurait dû mettre la puce à l’oreille de tout le monde sur quel leçon hautaine et prétentieuse allait nous servir la Maire.

Parler de l’intervention de Monsieur Aggoun, pour le groupe PRG (sic), serait bien trop s’insinuer dans le monde du délire. Son intervention pour faire court fut à l’image du personnage : pleurnicharde, intellectuellement médiocre et proche du n’importe quoi. Il a eu notamment l’occasion d’expliquer que si la situation inverse imaginé par l’élue UMP, c’est-à-dire si Monsieur Zittoun avait insulté Monsieur Chekhab, cela aurait été de la discrimination. Donc cela n’en est pas dans le cas présent si je suis bien ? Ah là, là, racisme à géométrie variable, quand tu nous tiens !

PS. : Je remercie la « personne » qui en mon absence pour maladie a assisté à ce conseil et m’a transmis l’enregistrement sans lequel ce post n’aura pu être rédigé et publié. Cette maladie explique le retard de la publication de cette article, vous m'en voyez désolé.

PS. 2 : J’aimerai saluer le comportement exemplaire des élus des oppositions qui ont, faute de démission, de Monsieur Chekhab, quitté le Conseil Municipal avant la fin de la séance. Ce salut est tout particulier pour le groupe UMP qui a annoncé sa volonté de ne plus siéger tant que ce Monsieur n’aura pas été démissionné, puisque son sens de l’honneur est trop faible pour le voir se retirer de lui-même. Une telle position me permet de rester fier d’être vaudais aujourd’hui partout où je vais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

genin bernard 18/07/2014 17:51

bravo pour votre travail et pour vos articles qui rendent compte des décisions et des méthodes utilisées par le nouvel exécutif, pour le moins anti démocratique et contraire aux attentes et besoins des vaudais.Avec la non sanction contre un adjoint pour ses propos antisémites, on mesure les risques de fracture que la Maire développent, contre le vivre ensemble. Bonne suite à votre blog

Vaulx Populi 21/07/2014 15:35

Merci de votre commentaire. Nous nous efforçons de retranscrire le plus fidèlement possibles les nouveaux agissements du nouvel exécutif et de mettre en lumière son fonctionnement non-démocratique. Malgré nos divergences je suis fier de vous compter parmi nos lecteurs.

PS: n'hésiter pas à partager nos articles et à discuter de ces derniers.

Cordialement,

Vaulx Populi