La Cosa nostra à Vaulx

Publié le par Vaudais Libre

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire sur ce qui est sans nul doute le plus grand scandale politique connu par Vaulx-en-Velin Le comportement de l’ex adjoint aux sport Ahmed Chekhab m’a inspiré du dégoût et je ne l’ai jamais caché. Le fait qu’Hélène Geoffroy couvre les propos de ce triste personnage, ne les explique que par l’extrême jeunesse de celui-ci et traite cela comme un simple accident m’avait révulsé, m’amenant aux abords de la honte pour ma ville. Cela associé à un ancien candidat à la présidence socialiste inculpé de viol avant de négocié sa relaxe (Strauss-Kahn), un Ministre du Budget ayant dissimulé son argent pour ne pas payer ses impôts (Cahuzac), un tout jeune Ministre n’ayant pas déclaré ses revenus et donc frauder les impôts (qui ne paye pas non plus son loyer, ni ses PV, ni son kinésithérapeute) sous une excuse digne d’un gamin de 8 ans, un Président Hollande qui parlent des pauvres comme des « sans-dents », m’a fait comprendre quelque chose qui m’avait auparavant échappé. Le PS est prêt à tout pour gagner, tout y compris travailler avec et pour des gens qui se foutent de tout, y compris et surtout de la République, des bonnes mœurs, de la politesse, du souci de vivre ensemble pour le bien des administrés. Car c’est de cela en réalité qu’il s’agit.

Ahmed Chekhab s’est permit de menacer, insulter, de proférer des insultes racistes, ce qu’il ne conteste d’ailleurs pas, juste par ego, et car il a une version toute personnelle du pouvoir politique : un moyen de régler des petits comptes et de faire plaisir aux amis. La bande d’un peu plus de 3 minutes est très éloquente à ce propos. On y entend clairement ce monsieur y théoriser, mais manière primaire et vulgaire, à son image, un communautarisme extrême et insultant, communautarisme que le PS et Hélène Geoffroy affirme pourtant vouloir combattre. Le PS lui a pris ses responsabilités et exclu celui qui est pourtant toujours adjoint, laissant Geoffroy tranché localement sur son cas. On sait ce qu’il en été, tout le monde se souvient que celle-ci expliqua que Chekhab n’avait pas qu’une bêtise de jeunesse, et qu’en réalité tout le monde était plus ou moins raciste, et qu’ainsi il ne fallait pas le blâmer outre mesure ! Hélène Geoffroy la première avait demandé des sanctions contre une enfant d’à peine 8 ans qui avait avec ses parents jetés une peau de banane sur Christiane Taubira. A croire qu’Ahmed Chekhab est moins responsable de ses actes qu’une gamine, sauf si encore une fois la réalité est maquillé pour arranger la situation politique de la députée-maire-vice-présidente de la métropole.

L’histoire était plus que navrante, avec son dernier développement elle vire carrément au glauque. J’ai effectivement appris par le Progrès de ce matin que le club d’Athlétisme dont était président l’une des deux victimes de la crise délirante de Chekhab s’est dissout. Dissout sous le poids de la non-réaction de Geoffroy, dissout sous le poids des insultes, téléphoniques ou physiques, des menaces de meurtres, de tabassage, des accusations de trahison à une pseudo solidarité communautariste à deux balles. Mais là encore rien d’Hélène Geoffroy, qui garde le silence, préférant avec François Hollande se concentrer sur les fermetures d’hôpitaux, les fermetures d’usines, les licenciements massifs. Pas pour les empêcher hein, rassurez-vous, on parle du PS, mais pour faire en sorte que la police tabassent, arrêtent, emprisonnent ceux qui veulent s’y opposer. Il semble presque qu’elle ait totalement délégué la conduite des affaires à ses nouveaux amis Chekhab, Khamassi et autres types du « tierqar ». A gerber, plus encore quand on entend ensuite parler de lutte contre l’antisémitisme chez le pitbull Valls. Il semblerait que ce combat s’arrête aux limites de Vaulx-en-Velin, du moment que cela serve le PS dans ce qui ressemble de plus en plus à une campagne de terreur. Surtout si cela peut faire oublier les 400.000 chômeurs de plus depuis 2012 et plus encore que la pauvreté, le mensonge, la guerre, le scandale c’est maintenant !

Déjà d’ailleurs il se dit que les bouchons de champagne ont sauté en apprenant la disparition de ce club. Et que d’autres structures seront visées très vite par les barbouzes, municipaux ou non, élus ou non. Alors certes, tout le tintamarre autour de ce club d’athlétisme les a un peu dérangés dans leurs plans, mais il reprendra. D’ailleurs l’article du Progrès nous apprends que la Mairie avait appris bien avant la publication de la bande sonore la nature des évènements, et n’avait rien fait. Sans doute espérait-elle que la terreur, la loi du silence prendrait le dessus et que jamais l’affaire ne serait rendue publique. C’est presque compréhensible en réalité, cette campagne de destruction au final n’est que la suite logique, cohérente de la campagne où sous le manteau certains dénonçaient « les juifs », « les pédés d’athées », « les communistes racistes », « les obsédés des impôts », « les photoshopés ». Je suis heureux de ne pas avoir été ici pour y assister.

Il est juste dommage qu’à aucun moment on ne parle des 50 enfants qui se retrouvent sans structure pour pratiquer le sport qu’ils aiment, l’athlétisme. Car au final c’est peut-être cela le plus important. Un article il y a quelques mois parlait même de l’accueil d’un enfant handicapé au sein de ce club. Une fierté pour celui-ci, et pour notre ville, une fierté d’avoir fait d’un club modeste, d’une banlieue pauvre un exemple de solidarité, d’intégration. Mais voilà, la fureur du pouvoir est plus importante, et s’il faut fracasser le plaisir des enfants, Geoffroy et ses acolytes n’en font pas une question de principe. Au mois d’Août la France a gagné une pléiade de médaille aux Championnats d’Europe et les athlètes ont tous été reçus à leur retour par François Hollande. Pendant ce temps, une autre PS ne faisait rien pour empêcher des enfants de pouvoir peut-être entamer une éventuelle grande carrière. Ou juste prendre du plaisir et rendre leurs parents fiers de voir leurs mêmes enfants se dépenser, progresser, se donner sans compter. Etrange contradiction tout de même. A titre personnel je ne doute pas qu’un nouveau club d’athlétisme, dans d’autres circonstances bien sûr, et sans nul doute avec un président aux ordres, renaîtra. La grande spécialité du PS que de telles pratiques : détruire les opposants et leurs structures pour les remplacer par des gens très, très dociles. A n’en pas douter ce futur président hurlera, c’est certain, son amour du PS et de sa politique municipale. Détruire et coloniser, encore, et toujours. Pas pour une politique, mais juste pour le pouvoir, l’argent, les fonctions.

Jamais dans l’ancienne municipalité on avait vu de telles pratiques. Jamais par l’Olympique de Vaulx de Monsieur Taz Fartas n’avait vu son fonctionnement dynamité, vu ses membres insultés, menacés ou harcelés. Et pourtant celui-ci est le premier à cracher su l’ancienne équipe et chanter les louanges de la nouvelle, Chekhab en tête. Peut-être celui que tout le monde semble connaître sous le nom de Taz a-t-il accepté « qu’un homme comme (lui lui) fasse du bien » pour reprendre d’autres mots. Et ça serait bien lamentable de la part d’un responsable associatif. Rares sont les villes qui ont vu cela en France, et même ma famille venu d’un coin perdu d’Italie ignorait que cela était possible dans un pays démocratisé et supposé civilisé.

Je rappelle au passage à sieur Petragallo ses amis les Bertin, tous obsédés par la baisse des dépenses publiques, que Ahmed Chekhab touche toujours ses 1732€ par mois, en échange de rien. Pas mal dans un pays où les chômeurs doivent être sanctionnés selon le Ministre Rebsamen et où presque 4 millions de personnes sont au chômage…. Tiens un autre ami d’Hélène Geoffroy ce Rebsamen…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article