Berthin joue à qui gagne-perd !!!!!

Publié le par Vaudais Libre

Durant la campagne municipale de Mars 2014, le Parti Socialiste de Madame Geoffroy et la liste « Citoyenne » de Monsieur & Madame Bertin ont conclu une alliance tactique d’entre deux tours pour s’emparer de la Mairie au dépend du Parti Communiste et ses alliés. Le fait que Madame Bertin ait été candidate du MODEM, et donc de droite, fut balayer d’un revers de main. Quelques stages de langue de bois, de foutage de gueule et de manipulation et autre mépris pour les électeurs et tout peut être vendable pour une politicarde professionnelle comme Hélène Geoffroy.

L’un des piliers de cet accord était l’annulation de la construction du centre nautique, et tant pis si Madame Geoffroy s’était prononcé favorablement auparavant. Elle ne manqua pas d’arguments hypocrites et de mauvaise foi pour justifier ce retour en arrière. L’obsession rurale, chassant tout ce qui marquerait la transformation du village qu’était Vaulx-en-Velin à l’époque préférée des Bertins en ville de bientôt 50.000 personnes était à l’œuvre. Un petit sacrifice pour Hélène Geoffroy pour apaiser cette soif sans fin, cette soif de pouvoir, cette haine de son partage, elle qui ne sait gouverner que par l’excommunication de tous ceux qui pourrait lui faire de l’ombre. Le rocardien Zittoun, le moraliste Gomez, la dissidente Queyranne pourront vous en parler en tout connaissance.

L’autre pilier était l’assurance totale d’Hélène Geoffroy de ne peut augmenter la fiscalité, en bref et en bon français, ne pas augmenter les impôts. Le fait qu’elle ait pu faire cette promesse et que les membres de la liste « Bertin » l’aient cru est à mes yeux l’un des plus grands mystères de ma vie. Il suffit tout simplement de regarder les chiffres objectifs pour comprendre qu’elle mentait, ou qu’ils firent semblant de croire ses douces promesses. François Hollande le socialiste, avait déjà annoncé que la dotation de l’Etat pour l’année 2015 serait fortement revue à la baisse. En parallèle la réforme des rythmes scolaires se révèle extrêmement coûteuse, et malgré les promesses socialistes, relayées par la députée Geoffroy, aucune réelle compensation n’a été prévue pour aider les communes pauvres à prendre en charge son coût. Clou du spectacle budgétaire la nouvelle majorité s’est lancée dans l’idée (ô combien louable !) de rénover les écoles de la ville (74M€) et pour faire face à l’augmentation des effectifs, suivant ceux de la population, de construire trois nouvelles écoles (42M€).

Incontestablement un troisième pilier, plus discret, mais sans doute plus fondamental pour le maintien de la majorité Geoffroy-Bertin, est le maintien, la préservation de toute influence extérieure au sein du village de Vaulx. Depuis quelques mois une partie de la population du Mas du Taureau est provisoirement déplacée vers le village le temps de la rénovation de leurs logements. Et cela agace énormément la population « autochtone » villageoise traditionnelle. Qui correspond assez fidèlement à l’électorat des « Bertin », ce qui tombe bien. Les incendies et actes de vandalisme s’étant déroulés lors des derniers mois ont mis sur les nerfs les « villageois », à l’image de qui ne se cache plus de sa haine des habitants du Mas déplacé. Dommage que ces personnes déplacées fassent également partie de l’électorat PS et donc de la majorité actuelle. Madame Geoffroy emploiera donc certainement pas la manière forte pour satisfaire les exigences « localistes » du village et ses « défenseurs ».

La violation des promesses liées à ces deux piliers aura quelques conséquences qu’il est important de détailler et d’en mesurer les conséquences :

Primo, le gel dans les faits de tous les projets initialement prévu dans le programme Geoffroy-Bertin, PS-MODEM, afin de tenter de financer tous ces projets vitaux.
Secundo, l’augmentation inévitable des impôts locaux et/ou l’appel aux crédits pour faire face à ses nouvelles dépenses et cet étranglement des finances de Vaulx-en-Velin par l’Etat mettra en porte-à-faux la raison même de l’existence de la liste Bertin, la lutte contre toute augmentation de la fiscalité locale et quelles qu’en soient les raisons.
Tertio, le maintien d’une population « immigrée » du Mas du Taureau sur des logements au sein du village ne fera qu’exacerber les tensions « identitaires » très fortes qui existent et depuis très longtemps en ce lieu.

Pour s’affirmer durable et survivre à la première période la majorité, limitée à la destruction des dernières volontés de la précédente majorité, il faudra dépasser ces trois obstacles et cela signifie que :

-Avaler tant de couleuvres pour les Bertinistes seraient renoncer à tout ce qui les caractérisent, refuser serait se sortir de la majorité municipale, et les deux situations seraient avant tout profitable à l’UMP de Monsieur Philippe Moine.
-Renoncer à tant d’objectifs politiques condamnerait Hélène Geoffroy à se priver d’une bonne partie de son électorat pouvant assurer sa réélection comme député.

Dans tous les cas l’un de deux membres de cette alliance si étrange se verra jouer le rôle de dindon de la farce, en ayant permis grâce à sa cagnotte de voix à l’autre de l’emporter pour finalement se faire leurrer. Et pour qui cela sera très, très dur en 2020 de faire la preuve de sa bonne foi devant son électorat de 2014.

Il est bien évident que Hélène Geoffroy et le PS ont le moins à perdre dans cette rupture d’alliance, majoritaire par ses seules voix au sein du Conseil Municipal, faute à de fortes piètres négociations de l’entre deuxième tour de la part de Monsieur Bertin. Dans tous les cas il faudra assumer, pour les uns et les autres, avoir tenu cette alliance, puis l’avoir fait éclater, activement ou non.

C’est le drame lorsque l’on fait alliance contre quelqu’un et non pour un projet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article