Des chochottes les socialo-bertinistes?

Publié le par Vaudais Libre

Comme toutes les années, le samedi le plus proche du 21 février voit la ville en lien avec les associations arméniennes et les anciens combattants rendre hommage aux combattants du groupe Manouchian fusillés par les Allemands au Mont Valérien.

Quelle ne fut pas ma surprise, en arrivant sur les lieux de la cérémonie ce samedi, d’entendre qu’après les dépôts de gerbes et l’appel des noms des fusillés , la suite et la partie la plus importante de cette commémoration se déroulerait à la mairie annexe ! La raison invoquée : « problème de sono » a laissé froid, c’est le cas de le dire, les habitués à cet événement !

Ainsi, vite fait, tout le monde déserta le square Manouchian pour se mettre au chaud et à l’abri . De mémoire des anciens cela n’était jamais arrivé. Comment nous ne pouvions pas rester une demi heure sous la pluie chaudement habillés et avec les parapluies alors que ces hommes , devenus des héros, donnèrent leur vie pour notre liberté? Quelle frilosité dans cet hommage ! j’entendais ici et là, les uns et les autres raconter leurs souvenirs, tel hiver où il faisait si froid, tel autre avec un vent glacial ou tel autre encore avec le vent glacial et la pluie givrée...De mémoire de cocos et militants du souvenir héroïque de ces hommes, (visiblement les plus fidèles et les plus nombreux), on n’avait jamais vu ou imaginé ça !

Décidément les socialistes ont peur de se mouiller! Même l’ancien maire, présent sur les lieux au square Manouchian, devant tant de légèreté et de frivolité ne jugea pas utile de continuer jusqu’à la mairie annexe. Et c'est vraiment dommage quand on revendique la présidence des élus d'opposition de ne même pas avoir le courage de faire 1 kilomètre à pied pour être au milieu de ceux qui firent sa campagne. Mais Manouchian et ses compagnons ne méritaient pas de faire les frais de ce repli. En rien l’hommage envers ces vaillants combattants devait être gâché par la « socialiste peur des intempéries » et pratiquement tout le monde continua jusqu’à la salle.

Il y avait du monde, même si les municipales étant passées, ce n’était pas la foule de l’année dernière. Dommage qu’il n’y avait pas plus de représentants des partis politiques (les communistes et militants de Mémoires mis à part) et d’élus (la majorité municipale mise à part) pour entendre la nécessité de combattre ensemble le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie que tous les orateurs rappelèrent. Rester fidèle à toutes les valeurs que ces hommes « ordinaires », étrangers pour la plupart, donnèrent leur vie. Les horribles événements de ce début d’année donnent encore plus de résonnance à leur combat.

Quel dommage que les élus de l’opposition aient brillé par leur absence !

Que dire aussi de l’absence de l’adjoint au maire chargé de ces questions ( en récompense de ces propos racistes?) qui n’a même pas jugé utile de donner un minimum de crédibilité à sa « mission » ! Son absence, s’il y avait encore doute, a mis au grand jour le côté « bidon » de sa désignation.

Madame Cumul (députée, maire, vice-présidente de la Métropole) dénonça à juste titre le poids de la crise qui crée le désarroi et favorise dans la montée des idées nauséabondes...Pourtant, ce sont bien « les siens » qui sont au Gouvernement. Que fait-elle pour combattre le chômage, le sentiment d’abandon, le mal vie des plus faibles sinon en « bon soldat » d’apporter son soutien et sa caution à ce pouvoir « socialiste » qui enfonce tous les jours d’avantage notre pays.

Enfin l’hommage s’est terminé par la Marseillaise et il fut demandé à tout le monde d’y participer. J’ai eu la drôle de surprise de voir des adjoints, au premier rang rester bouche close. Décidément cela n’arrive pas qu’aux footballeurs de l’équipe de France.

Commenter cet article

genin bernard 25/03/2015 20:11

vous me citez dans l'article en me reprochant de ne pas avoir été présent à la mairie annexe. J'étais effectivement présent au square manouchian pour la commémoration en l'honneur de ce groupe, résistants assassinés par les nazis, après avoir été arrêtés par la police de Pétain. Mais je ne pouvai pas aller ensuite au pot qui devait suivre, devant rejoindre un évènement familial. Je ne suis pour rien dans les changements dans l'ordonnancement de cette initiative, que j'ai d'ailleurs regretté. Cela dit je participe à cet hommage depuis environ 20 ans, comme je le fais aussi pour tous les hommages et rassurez vous, je continuerai à le faire.Voilà pour la précision que je voulai vous apporter. En vous souhaitant une bonne poursuite pour votre blog.
Bernard Genin